A quand les bonnes nouvelles? Kate Atkinson

Publié le

Ca faisait longtemps non?

Allez je vous mets aujourd'hui la critique de

A quand les bonnes nouvelles de Atkinson Kate

 


Présentation de l’éditeur :

Un écrivain, Howard Mason, vit avec sa femme et ses trois enfants à la campagne. Alors qu’il est allé rejoindre sa maîtresse à Londres, sa femme, le bébé, l’aînée de ses filles, huit ans, et le chien sont massacrés par un parfait inconnu. Seule la petite Joanna, six ans, parvient à échapper au carnage en se cachant dans un champ de blé. On retrouve Jackson Brodie, le détective privé de La Souris bleue qui avait involontairement repris du service dans Les Choses s’arrangent, mais ça ne va pas mieux remarié à une conservatrice du British Museum, et Louise Monroe, mariée à un chirurgien d’Édimbourg. Tous deux semblent avoir trouvé un conjoint « bien sous tous rapports » mais sont insatisfaits. On a l’impression d’une occasion manquée entre Jackson et Louise. Jackson croit également être le père du fils de Julia, Nathan, âgé de deux ans, et voudrait bien pouvoir le prouver. Il y a de nombreuses intrigues, mais la principale concerne une généraliste, Dr Hunter, pour qui Reggie Chase, orpheline de seize ans, fait du baby-sitting. On découvre peu à peu que Joanna Hunter n’est autre que la petite Joanna qui a échappé à l’horrible massacre de la première partie et que l’assassin, qui a purgé sa peine, est sur le point de sortir de prison. À partir de là, l’intrigue est menée de main de maître et le lecteur se demande jusqu’à la dernière page si Jackson est bien le père de Nathan, si Louise et lui vont enfin s’avouer leur amour mais, dans un dénouement typique de Kate Atkinson, rien ne se passe comme prévu. Si le précédent roman contenait une satire des promoteurs immobiliers, ce dernier tome de la trilogie offre une satire très réussie de certaines sectes protestantes. Le vieux professeur de lettres classiques de Reggie Chase, Ms MacDonald, atteinte d’une tumeur au cerveau, s’est en effet convertie sur le tard à une de ces obscures chapelles. Tout cela ne donne qu’une pâle idée du roman qui est écrit avec humour, d’innombrables jeux de mots et une fantaisie jamais démentie. Il se lit d’une traite et ce n’est qu’après coup qu’on s’aperçoit qu’il est plus profond qu’il n’y paraît. Le caractère autodestructeur de Louise est particulièrement bien vu et la secte protestante de Ms MacDonald fait plus que sourire. (Source amazon)

 

Mon avis : Voilà un auteur que je conseille ! Je n’avais jamais rien lu d’elle mais je vais remédier à cet état de fait. La lecture de ce livre m’a  conquis. Un livre dense, complexe, un portrait féroce de la société. Des personnages haut en couleur, leurs histoires s’entre choque et se mêlent pour nous offrir un genre de roman que je n’avais jamais côtoyé avant celui-ci-Je vais me jeter sur son premier roman « Dans les coulisse du musé ». Kate Atkinson nous entraine dans un monde qui semble  léger et quand vous refermez son livre, vous vous apercevez qu’en fait il est profond, bien plus profond qu’on se plait à le penser. A lire, belle découverte.


A la semaine prochaine pour une autre lecture 

 

Publié dans Mes lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mélie 16/02/2009 11:30

je vais voir si elle est à la bibliohtèque ....

Kidae 11/02/2009 14:26

J'ai lu "Dans les coulisses du musée", il est excellent !

mamily 07/02/2009 18:09

J'ai adoré ce livre ! Jubilatoire, je souriais toute seule, je me suis vraiment régalée, du coup je suis allée sur Fnac pour en commander d'autres, j'espère que je ne serais pas déçue.Bon dimanche

mayotte 05/02/2009 11:35

merci pour ce compte-rendu si circonstancié.Je ne connais pas cet auteur