mes dernières lectures épisode 3

Publié le par Atalante

 il est temps que je vienne vous  faire mes derniers commentaires surmes dernières lectures car la pile commence a  devenir dangereusement haute et je risque d'y passer la matinée aussi non. Allez je plaisante a moitié.

Vous êtes dans les starting blog? Alors je commence par

 

 

   La nuit des ondines de Elenea Arseneva

Tchernigov an de grâce 1073. nous sommes à la cour de Vladimir . Des meurtres de femmes atroces   ces fidèles vareg ne  sont pas là pour l'aider a mener l'enquête. Artem fin limier du prince Vladimir devra une fois deplus prouver son talents car l'affaire est compliqué et les jolie femmes tombent comme des mouches.Pour corser le tout on retourve à chaque fois près du cadave le mot Ondine . Mias voilà comme si l'enquête n'était pas assez compliqué, on vole au nez et à la barbe des gardes en faction u, un coffre rempli de grivnia dans la salle d'amre du chateau.Artem ne trouvera le repos qu'après avoir résolu cette double enquête.

Mon avis : je suis tombée un peu par hasard dans les romans policier de Elena Arseneva et je dois dire que j'aime toujours autant les lire. non content que ce soit des enquêtes policières menée de main de maitre, je découvre des us et coutumes inconnu de moi avant. Il me permette de me familiarisées avec les peuples qui ont tout doucement construit la russie , on y parle aussi beaucoup de Constantinople et de la vie à la cour de Vladimir. Donc en fait ici je fais coup double je lis du policier mais agrémenté à la sauce histoire. Qui sont comme vous vous en doutez mon violon d'ingre.Une histoire sans temps mort et ou je n'ai jamais reussi a trouve le coupable avant la fin.

Rêve de neige de Rosalind Laker

Présentation de l'éditeur
Jalouse de l'élégance de la comtesse d'Oinville, l'épouse d'un diplomate français, la tsarine Elisabeth, impératrice de toutes les Russies, décide de s'attacher les services de sa couturière parisienne, Marguerite Laurent. Malgré la réputation détestable de l'impératrice, la jeune femme accepte de partir pour Saint-Pétersbourg, dans l'espoir que cette aventure l'aidera à surmonter la perte de Jacques, son fiancé, disparu dans des circonstances tragiques. Le temps de réunir autour d'elle une équipe de cousettes, Marguerite entame un périple qui la conduira dans la lointaine Russie des années 1760. Chemin faisant, elle se lie d'amitié avec Sarah Warrington, la fragile épouse du jardinier anglais de l'impératrice, et attire l'attention du peintre Jan Van Deventer. Si la jeune femme n'est pas insensible au charme du bouillant Hollandais, elle est surtout troublée par la ressemblance de Tom, le mari de Sarah, avec son regretté Jacques... Sous la plume de l'auteur de La Tulipe d'Or, les tribulations professionnelles et sentimentales d'une jeune couturière française à la cour de Russie, juste avant l'avènement de la Grande Catherine

Mon avis :

un livre qui vous entraine dans le beau. Une écriture vive et alerte pour vous faire découvrir  la vie des tsar en Russie. le roman allie faits historiques subtilement melangé à la fiction pour vous  permettre de vous evader dans un monde feerique. très bonne lecture que je recommande.évasion garantie.

          Un petit reconstituant de Elisabeth george

Présentation de l'éditeur
Lorsqu'il s'agit de décortiquer les mécanismes de l'âme humaine, Elizabeth George se révèle aussi à l'aise dans le cent mètres que dans la course de fond. Convoitise, jalousie, désir effréné de réussite, autant de mobiles puissants pour inciter les protagonistes à passer à l'acte et éliminer. Mélange de charme délicieusement pervers et d'humour typiquement british, ces trois récits permettent d'apprécier une nouvelle facette d'Elizabeth George,

mon avis :la patte de Elizabeth George est reconnaissable entre tout. On plante le décor,des héros indécrottablement anglais , un duo  d'enquêteurs mal assorti , des énigmens à la  Agatha Chrisite et voila le décors est presque planté. presque car "un petite reconstituant" sort des sentiers balisés pour notre plus grand bonheur. ici trois nouvelles ou des machinations sont grippé par le grain de salbe et l'histoire ne 'sécrit pas comme les assassins  le désiraient. . Ironique, léger un vrai regal de lecture. 

  L'heure du chatiment de Eilen Dreyer

Présentation de l'éditeur
Infirmière dans une équipe d'intervention musclée de la police de Saint Louis, Maggie O'Brien a le désir de venir en aide à autrui, une grande soif de justice... et un vieux compte à régler. Elle vit en effet dans l'ombre de son père, un personnage fameux - ou infâme, selon les points de vue - ayant appartenu aux services de police de la même ville et qui traîne derrière lui bon nombre d'affaires obscures, sa responsabilité dans la mort de son épouse, mère de Maggie, n'étant pas la moindre... La vie de la jeune femme bascule lorsque plusieurs décès étranges se succèdent à l'hôpital où elle travaille. La plupart des disparus n'ayant rien de doux agneaux, Maggie acquiert vite la conviction qu'un employé de l'établissement a décidé de jouer les justiciers. L'affaire prend un tour inquiétant lorsqu'elle-même devient suspecte aux yeux des policiers chargés de l'enquête, puis cible de celui qui paraît bien être un tueur en série... Eileen Dreyer nous entraîne dans un suspense où le Bien n'est pas toujours ce qu'il semble, et où le Mal porte des masques innombrables.
Mon avis : l'idée de départ était franchement bonne, mais le livre est banal, insipide à mes yeux. Pas d'action .Maintenant celui-ci est fort psychologique  la fin est assez bonne. En fait la fin redevient comme l'idée de départ mais pour y arriver vous devez avaler 400 pages sans beaucoup d'interêt.
Bon comme je vous le dit toujours ceci n'engage que moi et ne doit pas vous freiner si vous désirez le lire. Qui sais je suis peut-être passé à côté du truc.
Voilà je vous laisse tranquille aujourd'hui avec mes lectures. La je suis à la fin d'un deuxième roman de Elena Arseneva donc je vous reviens prochainement avec de nouvelles critiques.

Publié dans Mes lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nelly 13/02/2007 19:15

j'en lis un pas mal en ce moment
mais c'est vrai que ceux ci peuvent être une bonne lecture

manu 13/02/2007 18:46

super ta chronique .. moi j'adore l'ambiance russe , ado j'avais dévoré tous les Troyat !!!

sabinette 13/02/2007 10:29

ça fait toujours envie quand on lit tes critiques !  j'ai déjà essayé de lire un roman d'elizabeth George mais j'ai vite arrêté car j'ai trouvé qu'elle était trop "dans le détail". Je me rappelle qu'elle décrivait une pièce dans une maison, en détaillant tous les tableaux accrochés au mur, un par un !!!  Et j'avoue que ça m'a gonflé !!  il faudrait que je réessaie, pourquoi pas ?  bisous et bonne journée

valerie 13/02/2007 08:51

Et bien quelle culture! Moi je n'ai pas ouvert un livre depuis 1 siècle!! bisous. tu n'oublies pas demain!